Montagnes de Feu — Timanfaya

Les Montagnes de Feu sont une promenade sur la Lune sans quitter la Terre. Nées dans les violentes éruptions volcaniques qui ont secoué le sud de Lanzarote entre 1730 et 1736, elles sont à l’origine du Parc national de Timanfaya, les Montagnes de feu possèdent la beauté de la désolation et offrent une symphonie de couleurs ocres qui ne laisse jamais indifférent le spectateur, rendu humble devant une œuvre d’art imposante et vivante, dans laquelle Manrique est revenu apposer sa signature en concevant un espace dans lequel cohabitent de façon harmonieuse l’art, l’homme et la nature. Hors des entrailles de la terre se dresse, majestueux l’îlot de Hilario, vigie d’une mer de lave d’environ 200 kilomètres carrés, sur lesquels  s’élèvent 25 cratères en sommeil. Là, Manrique a donné libre cours à son esprit inquiet, et ce génie a conçu le restaurant El Diablo pour donner vie à ce désert. De cette intégration extraordinaire entre la création humaine et la nature est né ce qui est sans doute l’une des œuvres d’art  les plus impressionnantes au monde. Tandis que le four d’El Diablo utilise la chaleur naturelle que donne la terre pour préparer des plats uniques, sous nos pieds, à dix mètres de profondeur, la terre bouillonne à une température de près de 300 degrés. La chaleur, extrême, remonte jusqu’à la surface et se reflète au travers d’expériences inoubliables qui émerveilleront les visiteurs. L’ensemble naturel et artistique des Montagnes de Feu permet aux visiteurs de parcourir la Route des Volcans à bord de véhicules spécialement conçus pour offrir une expérience unique parmi quelques-unes des merveilles naturelles que recèle ce singulier paysage lunaire.

Horaire : 9 h – 17 h 45. Dernière visite de la Route des Volcans : 17 h. Horaire d’été (1er juillet au 30 septembre): 9 h 00 -18 h 45. Horaire recommandé : Il s’agit d’un parc national avec une forte affluence de visiteurs en haute saison – 1 juillet au 30 septembre et Semaine Sainte. Nous vous recommandons de visiter de 9 h à 11 h et de 15 h à 17 h 45 pour éviter d’augmenter le temps d’attente. [

Parking des véhicules et bicyclettes gratuit, suivez les instructions du personnel du parking. Cafétéria. Restaurant El Diablo. Boutique. Tour en bus (inclus dans le prix d’entrée). Wifi gratuit dans le centre.

Adulte : 10,00 euros 20 % de réduction à partir de 15:00

Enfant : 5,00 euros (7-12 ans) 20 % de réduction à partir de 15:00

Adulte résidant aux Canaries : 8,00 euros

Enfant résidant aux Canaries : 4,00 euros

Résident à Lanzarote : 2,00 euros

Nous vous conseillons d’acheter l’un des forfaits disponibles de 3, 4 ou 6 centres, et d’économiser jusqu’à 10,55 €. Vous pouvez donc organiser votre voyage avec davantage de confort et voir de différents points de vue les diverses interventions de l’artiste César Manrique, en combinant le centre Montagnes de Feu / Timanfaya avec d’autres centres d’intérêt répartis sur le territoire de l’île. En savoir plus ICI

2 horas y media.

Il est recommandé de porter des vêtements et des chaussures confortables. En été, entre juin et septembre, prendre un chapeau et/ou un écran solaire. En hiver, entre les mois d’avril et octobre, apporter des vêtements chauds car c’est un endroit venteux.

I am text block. Click edit button to change this text. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

Les personnes à mobilité réduite peuvent visiter le centre. Centre reconnu accessible par l’Association Predif.

A l’exception des chiens d’aveugles, nos amis les animaux ne sont pas admis.

Nous recommandons les photographies dans la zone des geysers, du four naturel, de la figure du diable et sur la Route des Volcans .

 Compte tenu de la difficulté à se connecter au réseau Internet dans ce cadre naturel, vous ne pouvez pas payer à la caisse par carte de crédit. Soyez prudent lorsque vous ouvrez la porte de la voiture quand vous stationnez dans une zone avec des pentes abruptes, elle peut heurter un autre véhicule.

Restaurant El Diablo

Cuisine à la chaleur du volcan

Au restaurant El Diablo, situé dans ce qu’on appelle l’Ilot de Hilario, la viande et les légumes sont cuits dans le four ouvert dans la roche volcanique à la chaleur du volcan. Vous disposez également d’une cafétéria avec des tapas et une grande variété de sandwiches faits maison. .

Cafétéria : 9 h 00 – 16 h 50. Restaurant : 12 h -15 h 45. [/ vc_column_text] [/ vc_tta_section]

Menus adaptés pour les végétariens et les diabétiques. Menu enfant disponible. Nous vous recommandons le petit-déjeuner Volcan. Au restaurant, goûtez nos viandes cuites à la chaleur du volcan.

Écrire par courrier électronique à notre service commercial pour effectuer une réservation ou négocier un événement particulier.

Tienda

Artisanat populaire, cosmétiques naturels et toute sorte d'objets à offrir

Une large variété d’objets à partir de l’image du Diable dessinée par César Manrique et un grand choix d’objets en céramique réalisés par des artisans locaux.

De 9 h 00 à 17 h 45. Horaire d’été de 9 h 00 a 18 h 45.

J'aime

Certificat d'excellence décerné par TripAdvisor. Merci !

Découvrez notre histoire

+ de 50 ans à partager la création de César Manrique
Les Centres d’art, de culture et de tourisme (CACT) de la municipalité de Lanzarote sont la référence principale en matière de tourisme sur l’île. En janvier 2005, la gestion des centres d’art, de culture et de tourisme a été transférée à une EPEL (une collectivité commerciale publique locale) et prise intégralement en charge par la municipalité de Lanzarote. L’EPEL-CACT, le Conseil du tourisme et l’Office du tourisme intérieur sont les trois organismes publics de gestion du tourisme à Lanzarote. De caractère résolument public mais appliquant une philosophie d’entreprise en matière de gestion, les centres touristiques sont le moteur économique principal de l’île. Une grande partie des bénéfices qu’ils dégagent est consacrée aux activités sociales de l’île.

Protection des valeurs naturelles

Les centres d’arts, de culture et de tourisme ont été créés pour mettre en valeur et préserver la beauté de la nature de Lanzarote. Dans l’ensemble, les sept centres représentent une synthèse des valeurs naturelles et culturelles de l’île, de sorte que pour comprendre la véritable essence de Lanzarote, les visiter est un must. L’artiste natif de Lanzarote, César Manrique, a été leur principal créateur. Il a réussi à combiner, à bon escient, l’art avec la nature de l’île. Ainsi, les centres sont devenus une version moderne des interactions traditionnelles des habitants de Lanzarote avec leur environnement, répondant à un savoir-faire profondément ancré dans la population. Actuellement, les Centres configurent un produit touristique qui réagit avec souplesse aux demandes du marché sans se départir de l’esprit et de la philosophie qui ont été conçus par Manrique.

César Manrique Cabrera (Arrecife, 24 avril 1919 – Teguise, 25 septembre 1992) est un peintre, sculpteur, architecte paysagiste et artiste espagnol originaire de l’île de Lanzarote. Il concilia son œuvre avec la défense des valeurs environnementales des îles Canaries. Il cherchait l’harmonie entre l’art et la nature comme espace de création. Parmi les prix qui lui furent décernés, notons le Prix mondial de l’écologie et du tourisme (1978) ainsi que le Prix Europa Nostra pour son travail artistique et environnemental à Lanzarote (1985). Cultivant divers langages créatifs (peinture, sculpture, urbanisme, art public …), l’ensemble de sa production artistique traduit une volonté claire d’intégration avec l’environnement naturel. Il explicita d’ailleurs son intention syncrétique et totalisatrice (art total, selon ses propres termes) à travers ses designs d’espaces publics. Un véritable effort d’harmonisation, finalement, qui fait non seulement référence à sa passion pour la beauté, mais aussi pour la vie.

César Manrique, portrait

Photo d’archive de la fondation César Manrique


Plus d'informations http://www.fcmanrique.org/

César Manrique, peintre

Archive Fondation César Manrique


Les origines des centres d’art, de culture et de tourisme remontent, semble-t-il, à l’année 1966. Après un séjour de trois ans à New York, César Manrique (1919-1992), l’un des pionniers de la peinture abstraite espagnole, revint s’installer définitivement à Lanzarote, son île natale qui commençait à connaître un essor en matière de développement touristique. Conscient de la singularité toute particulière du paysage insulaire, il encouragea le développement d’un projet créatif ambitieux d’intervention dans le territoire, dont l’objectif principal serait la préservation et la conservation de l’environnement, l’associant à une nouvelle économie pour Lanzarote liée au secteur touristique. Rapidement, aux côtés d’une équipe de collaborateurs enthousiastes, les premiers résultats ne se firent pas atteindre avec Jameos del Agua (1966), Monument du Paysan (1968), le restaurant El Diablo (1970), Mirador del Río (1973), le Musée International d’art contemporain (MIAC) (1976) et Jardin de Cactus (1990).
Más información http://www.fcmanrique.org/