Mirador del Río

Situé à 400 mètres d’altitude sur les falaises de Famara, le belvédère del Río est l’une des créations architecturales les plus représentatives de César Manrique parce qu’il y concrétise en une succession de détails artistiques et architecturaux son enthousiasme pour intégrer l’art à la nature. Situé à proximité des ruines d’une ancienne batterie militaire datant de la fin du XIXe siècle, et camouflée dans la roche avec la maîtrise que seul un génie comme Manrique pouvait concevoir, le belvédère domine El Río, l’étroit bras de mer qui sépare Lanzarote de La Graciosa. Si de l’extérieur l’édifice est à peine perceptible, l’intérieur surprend avec ses détails soignés, ses impressionnantes fenêtres de cristal, les yeux du mirador, conçus par l’artiste de telle sorte qu’ils augmentent l’effet de vision panoramique, et les sculptures monumentales et originales qui pendent du toit, défiant les lois de la gravité. Depuis la tour de guet, le visiteur pourra contempler la huitième île des Canaries, La Graciosa, accompagnée de l’ensemble des îlots qui donnent leur nom au Parc naturel de l’archipel Chinijo, tandis qu’en bas, au pied de la falaise qui l’abrite, se détachent les couleurs rougeâtres des salines du Río, encore appelées de Guza, les plus anciennes de l’archipel des Canaries. La réalisation du mirador, qui nécessita la collaboration de l’architecte Eduardo Cáceres et de l’artiste Jesús Soto, entraîna un déploiement de planification technique car avec le peu de moyens existant, il fallut procéder à l’excavation du terrain et ensuite seulement réaliser l’édifice et le recouvrir de pierre volcanique.

Horaire : 10 h à 17 h 45. Horaire d’été (1er juillet – 30 septembre) : de 10 h à 18 h 45. Horaire recommandé : pendant les mois d’été (juillet, août et septembre) du fait de la plus grande affluence de visiteurs, il est recommandé de faire les visites individuelles l’après-midi pour éviter les engorgements.

Adulte : 4,75 euros Enfant : 2,40 euros (7-12 ans) Adulte résidant aux Canaries : 3,80 euros Enfant résidant aux Canaries : 1,90 euros Résident à Lanzarote : 1 euro

Nous vous conseillons de prendre l’un des forfaits disponibles de 3, 4 ou 6 centres, et d’économiser jusqu’à 10,55 €. Vous pouvez donc organiser votre voyage avec davantage de confort et voir de différents points de vue les différents interventions de l’artiste César Manrique, combinant le centre Mirador del Río d’autres centres d’intérêt répartis sur le territoire de l’île. En savoir plus ICI

Parking gratuit pour les véhicules et bicyclettes. Cafétéria. Jumelles.. Audio-guide Boutique. Wifi gratuit.

Excepté la terrasse supérieure, on peut accéder à l’ensemble du centre. Les Centres d’Art, Culture et Tourisme sont en passe de supprimer les obstacles architecturaux et d’adapter le centre pour le rendre accessible aux personnes handicapées. Centre reconnu accessible selon l’association Predif.

Durant les mois les plus froids, d’octobre à mai, nous vous recommandons de prendre un manteau vu que le Mirador del Río se trouve en haut de la falaise de Famara, et à cause du vent la sensation thermique est moindre.

Accès gratuit pour les enfants de moins de 7 ans. Nous disposons de chaises hautes confortables pour les enfants à la cafétéria. Difficulté d’accès à l’étage supérieur avec un landau (poussette).

A l’exception des chiens d’aveugles, nos amis les animaux ne sont pas admis.

I am text block. Click edit button to change this text. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

Intempéries : en cas de mauvais temps ou de forte couverture nuageuse, le centre dispose d’un tarif réduit pour les jours de temps couvert qui vous permet de continuer à profiter de cette œuvre de César Manrique parfaitement intégrée dans son environnement comme de tous ses services. Osez vous aventurer dans une mer de nuages !

Cafétéria

Variété de pâtisseries et snacks

Une vision exceptionnelle de l’archipel depuis la large fenêtre de l’enceinte, en dégustant un bon café avec une offre de pâtisserie succulente, ou un apéritif dans la matinée.

Cafétéria : de 10 h à 17 h 45 et en été de 10 h à 18 h 45

Si vous souhaitez réserver le Mirador del Río pour réaliser une manifestation, vous pouvez remplir le formulaire de la page « Célébration »

Boutique

Artisanat, publications, textiles et céramique populaires

La boutique du Mirador est un espace spécial auquel on accède par un escalier en colimaçon, avec tous les éléments de la bichromie présents dans toute l’enceinte, la couleur bois et le blanc de la  maçonnerie.

De 9 h à 17 h 45. et l’été de 10 h a 18 45.

J'aime

Certificat d'excellence décerné par Trip Advisor

Découvrez notre histoire

+ 50 à partager l'art de César Manrique
Les Centres d’art, de culture et de tourisme (CACT) de la municipalité de Lanzarote sont la référence principale en matière de tourisme sur l’île. En janvier 2005, la gestion des centres d’art, de culture et de tourisme a été transférée à une EPEL (une collectivité commerciale publique locale) et prise intégralement en charge par la municipalité de Lanzarote. L’EPEL-CACT, le Conseil du tourisme et l’Office du tourisme intérieur sont les trois organismes publics de gestion du tourisme à Lanzarote. De caractère résolument public mais appliquant une philosophie d’entreprise en matière de gestion, les centres touristiques sont le moteur économique principal de l’île. Une grande partie des bénéfices qu’ils dégagent est consacrée aux activités sociales de l’île.

Protection des valeurs naturelles

Les centres d’arts, de culture et de tourisme ont été créés pour mettre en valeur et préserver la beauté de la nature de Lanzarote. Dans l’ensemble, les sept centres représentent une synthèse des valeurs naturelles et culturelles de l’île, de sorte que pour comprendre la véritable essence de Lanzarote, les visiter est un must. L’artiste natif de Lanzarote, César Manrique, en a été le principal créateur. Il a réussi à combiner, à bon escient, l’art avec la nature de l’île. Ainsi, les centres sont devenus une version moderne des interactions traditionnelles des habitants de Lanzarote avec leur environnement, répondant à un savoir-faire profondément ancré dans la population. Actuellement les centres configurent un projet touristique qui réagisse avec souplesse aux demandes du marché sans se départir de l’esprit et de la philosophie avec lesquels ils ont été conçus par Manrique.

César Manrique Cabrera (Arrecife, 24 avril 1919- Teguise, 25 septembre 1992) est un peintre, sculpteur, architecte paysagiste et artiste espagnol originaire de l’île de Lanzarote. Il concilia son œuvre avec la défense des valeurs environnementales des îles Canaries. Il cherchait l’harmonie entre l’art et la nature comme un espace de création. Parmi les prix qui lui furent décernés, notons le Prix mondial de l’écologie et du tourisme (1978) ainsi que le Prix Europa Nostra pour son travail artistique et environnemental à Lanzarote (1985). Cultivant divers langages créatifs (peinture, sculpture, urbanisme, art public …), l’ensemble de sa production artistique traduit une volonté claire d’intégration avec l’environnement naturel. Il explicita d’ailleurs son intention syncrétique et totalisante (art total, selon ses propres termes) à travers ses designs d’espaces publics. Un véritable effort d’harmonisation, finalement, qui fait référence à sa passion non seulement pour la beauté, mais aussi pour la vie.

César Manrique, portrait

Photo d’archive de la fondation César Manrique


Más información http://www.fcmanrique.org/

César Manrique, peintre

Archive fondation César Manrique


Les origines des Centres d’Art, Culture et Tourisme remontent, semble-t-il, à l’année 1966. Après un séjour de trois ans à New York, César Manrique (1919-1992), l’un des pionniers de la peinture abstraite espagnole, revint s’installer définitivement à Lanzarote, son île natale qui commençait à connaître un essor en matière de développement touristique. Conscient de la singularité toute particulière du paysage insulaire, il encouragea le développement d’un projet créatif ambitieux d’intervention dans le territoire, dont l’objectif principal serait la préservation et la conservation de l’environnement, l’associant à une nouvelle économie pour Lanzarote liée au secteur touristique. Rapidement, aux côtés d’une équipe de collaborateurs enthousiastes, les premiers résultats ne se firent pas atteindre avec Jameos del Agua (1966), le Monument au Paysan (1968), le restaurant El Diablo (1970), Mirador del Río (1973), le Musée International d’Art Contemporain(MIAC) (1976) et le Jardin de Cactus (1990).
Más información http://www.fcmanrique.org/